Grandes sphères et notion de milieux

1. Les grandes sphères

On a coutume de diviser le monde qui nous entoure en grandes sphères. Cette définition, même si elle a un côté passéiste, évoque la présence de grands ensembles qui ont des propriétés suffisamment homogènes et distinctes pour être individualisés malgré des contours parfois flous. Pour analyser la place des êtres vivants au sein de la planète et la place particulière de l’homme, on distinguera principalement 5 grandes sphères : la lithosphère, l'hydrosphère, l’atmosphère, la biosphère et l’anthroposphère. Il ne s’agit pas de définitions strictes qui entraîneraient un débat vain mais un moyen commode d’insister sur les grandes caractéristiques de notre environnement.

La lithosphère

Bien que définie par les géologues comme une partie de l’écorce terrestre (le manteau inférieur et une partie du manteau supérieur pour être précis), nous l’entendrons ici comme l’ensemble du substrat solide qui affleure à la surface des continents et sur le fond des océans. Sa principale caractéristique est son caractère solide et sa relative inertie. Bien que l’écorce terrestre soit divisée en plaques qui se déplacent à la surface du globe, et que le manteau soit également agité de transferts, ces mouvements sont lents. Ils sont principalement visibles à l’échelle des millions d’années. Parfois certains phénomènes comme le mouvement le long d’une faille, l’érosion de forts reliefs continentaux ou une éruption volcanique se produisent à une vitesse plus rapide mais il s’agit de processus d’ampleur limitée à l’échelle des grands processus géologiques.

L'hydrosphère

L’eau sur Terre possède une place toute particulière. Présente sous ses trois formes (solide aux pôles, liquide dans l’océan, les rivières, les nappes et les êtres vivants, et vapeur dans l’atmosphère), elle est le vecteur principal des échanges sur Terre. Les mouvements au sein de l’océan et des glaces peuvent être assez lents (de l’ordre du millier d’années) mais globalement, les mouvements au sein de l’hydrosphère sont rapides (de l’ordre du jour, de l’année…). Elle conditionne fortement la structuration de la biosphère.

L'atmosphère

L’atmosphère est une mince couche, principalement à l’état gazeux, qui est collée par attraction à la surface du globe. Dans sa partie la plus basse elle est agitée de mouvements très rapides qui conditionnent les échanges thermiques de notre planète. Sa composition est fondamentale pour la biosphère.

La biosphère

La biosphère répond à la grande distinction entre le monde vivant et le monde inerte. Elle comprend l’ensemble des êtres vivants et elle se concentre à l’interface entre atmosphère et hydrosphère ou la surface des continents. Mais la biosphère est néanmoins également présente au sein de la lithosphère au moins jusqu’à une profondeur de quelques kilomètres sous forme microbienne, et au sein de l’hydrosphère et de l’atmosphère.

L'anthroposphère

Bien que l’homme appartienne de fait à la biosphère, il y occupe une niche si particulière qu’on lui réserve une sphère, l’anthroposphère. Cette désignation est utilisée pour marquer le poids que l’homme peut faire peser sur le fonctionnement des autres sphères en en captant les ressources. Le fonctionnement de nos sociétés humaines a effectivement considérablement modifié l’ensemble de la biosphère et ses relations avec les autres sphères en adoptant un modèle tout à fait différent d’insertion au sein des sphères et d’utilisation des ressources. La notion d’anthroposphère n’a de sens que du fait de ses modifications qui imposent de distinguer l’espèce humaine de l’ensemble des autres espèces de la biosphère.

2. Les milieux au sein des grandes sphères

Si la notion de sphère permet de cerner les grandes entités au sens physique qui constituent notre planète, elles n’ont pas en soi de sens géographique. Pourtant, nous observons autour de nous des milieux aux caractéristiques variées. La notion de milieu vise à décrire des lieux géographiques marqués par un certain nombre de caractéristiques physique mais dont les contours ne recouvrent pas exactement les grandes sphères. Ainsi, on peut distinguer au sein de la lithosphère la partie profonde (le manteau) de la croûte terrestre (croûte continentale ou croûte océanique) qui a un comportement très différent. L’hydrosphère recouvre également des domaines forts différents si on considère la partie océanique ou la partie continentale, bien qu’elles soient intimement liées.

remarque Remarque

L’une des particularités de notre environnement est qu’il est situé à l’interface entre lithosphère et atmosphère-hydrosphère. Une pellicule d’une épaisseur incroyablement ténue, est le lieu de tous les échanges et de toutes les fonctions. On parle d’ailleurs de pédosphère pour désigner l’interface entre le continent (lithosphère) et l’atmosphère-hydrosphère.

 
Définition

La "position" occupée par un organisme, une population ou plus généralement une espèce dans un écosystème.